17 avril 2019

La trésorerie toujours la préoccupation n° 1 des chefs d’entreprise

Lors d’un webinar organisé par un prestataire de services dédiés au PME, il était rappelé que le souci premier des patrons est la trésorerie (pour 43 %), loin devant celui plus commercial de « trouver de nouveaux clients » (28 %).

Il ne faut cependant pas se méprendre sur le terme générique de trésorerie, car derrière le mot se cache une réalité bien diverse.

Le besoin de financement source de tous les dangers

Peut-être structurel et/ou conjoncturel. Formulé autrement les besoins de financement viennent du cycle d’investissement et du cycle d’exploitation qui inclut les besoins de Trésorerie. Il est à noter que nombre de PME sous-estiment leurs besoins en capitaux dès leur création. Cela entraîne une ouverture du capital à d’autres partenaires souvent synonymes de perte de pouvoir pour les fondateurs historiques. Du côté de la Trésorerie, son déficit demeure bien sûr la première cause de défaillance des entreprises en France. D’où une sensibilité indispensable au besoin de fonds de roulement (BFR).

Le recouvrement des créances

Certains chefs d’entreprise n’ont parfois aucune idée de leurs impayés et sont sans réflexion sur le sujet des délais de règlement. Il s’ensuit inévitablement une dégradation du BFR générée par un accroissement des factures en souffrance. Selon la formule consacrée « le sang de l’entreprise est dans la poche de ses clients », encore faut-il être capable d’aller le chercher en mettant en place une procédure de relance clients systématique. À moins d’avoir une personne en interne disposant des compétences techniques et psychologiques pour le faire, mieux vaut externaliser la chose auprès de professionnels.

Un problème de gestion

Bien que tous les conseils en création d’entreprise vous le recommandent, il est impératif de veiller à ce que votre société soit profitable (sa finalité tout de même). Il apparaît cependant de la partie immergée de l’iceberg cache une tarification inadaptée, des frais de fonctionnements trop élevés (pour ne pas dire un train de vie trop dispendieux).

Il est à noter que la première réaction des patrons de PME face à des problèmes de Trésorerie est de mettre l’accent sur la recherche de nouveaux clients. Une sorte de fuite en avant où l’on imagine que l’accumulation de Chiffre d’Affaires avec les nouveaux contrats signés viendra compenser en tout ou partie les besoins d’argent.

En ce qui nous concerne, notre recommandation est d’investir au minimum dans une journée d’Audit des finances de la société afin de définir de plan d’action nécessaire au retour à la viabilité de l’entreprise. Non seulement cela permet d’avoir une photographie de la gestion en interne, mais également d’ancrer un début de « culture cash » au sein des équipes.

Derniers articles

23 septembre 2019

Le 11 septembre 2001 révélateur de l’importance du BFR

À première vue le lien entre cette attaque terroriste notoire et ce principe de gestion n’est pas évident. Et pourtant en mettant en lumière le cas de Promovacances, qui était une des licornes des années 2000, tout paraît très clair.

Lire la suite »

20 juin 2019

Les enjeux de la gestion des pouvoirs bancaires

Le sujet est de plus en plus fréquemment mis sur la table des directeurs financiers que les consultants de BDO VIA FINANCE rencontrent dans le cadre de leurs activités. Elle implique de confier les droits à certaines personnes au sein de l’entreprise pour effectuer des opérations sur les comptes

Lire la suite »

29 mai 2019

Risques d’impayés : toutes les entreprises n’y pensent pas

Nous avons, chez BDO VIA FINANCE, l’habitude de penser que le risque clients est une des menaces les plus sérieuses pour la vie même des entreprises, en attaquant leur BFR. D’où nos recommandations en matière de prévention et couverture du risque. Les dernières nouvelles sur le sujet des risques

Lire la suite »