28 mars 2019

Cybersécurité et PME : encore un long chemin à faire

Chez BDO VIA FINANCE, nous avons eu l’occasion dans le passé d’évoquer ce sujet au combien sensible que celui de la fraude en entreprise. Afin de mieux répondre aux attentes de nos clients nous avons récemment mis à notre catalogue un applicatif dédié à la lutte contre la fraude au sein des services financiers. La lecture du tableau ci-après, issu de l’enquête réalisée en janvier dernier par la CPME auprès d’un panel d’entreprises de moins de 50 salariés, révèle que le chemin est encore long en matière de lutte contre la fraude.

Les PME ne sont pas plus hostiles que les autres au changement organisationnel qu’implique la mise en place de mesures de lutte contre la fraude. Elles n’ont simplement ni le temps ni les moyens d’anticiper sur les risques. Nous savons par expérience que de telles structures ne peuvent mener à bien qu’un projet par an de quelle que nature que ce soit (informatique, ressources humaines, marketing…). Nous portons à leur connaissance les quelques recommandations suivantes.

  • Bien distinguer le Cash Management de la comptabilité : deux fonctions souvent gérées par une seule personne ou sous la seule responsabilité du comptable. L’un de mes prospects me le faisait récemment remarquer : ses comptables ne sont pas optimums dans les relations avec les banques et l’optimisation des conditions bancaires appliquées à leur société.
  • Accepter le coût d’investissement nécessaire : s’abonner à un service, investir dans une prestation de lutte contre la fraude (le simple audit du workflow des paiements) a un coût qui doit être perçu comme une assurance. Se mettre à l’abri de la fraude vous coûtera moins cher que de réparer les dégâts de la fraude subie.
  • Essayer l’externalisation : celle du cash management et des paiements, par exemple, vous permet sans risque d’accéder aux meilleures pratiques en la matière. Vous pouvez ainsi bénéficier des avantages des évolutions technologiques les plus performantes (Cloud, applicatifs antifraude, logiciels de cash management éprouvés, sécurisation des paiements). Cette simple organisation permet de réagir en cas de fraude au règlement avec une plus grande réactivité pour récupérer les fonds, par exemple.
  • Commencer par des sessions de formation aux bonnes pratiques : gestion des mots de passe, séparation des tâches, mobilité des postes… Autant d’actions simples et peu coûteuses qui réduisent les risques de fraude.

En appliquant simplement ces quelques conseils vous jetez les bases d’une réflexion plus approfondie en matière de lutte contre la fraude en entreprise et la cybercriminalité. Il est nécessaire d’accepter un regard extérieur sur vos organisations car les remises en cause spontanées des process existants sont l’exception.

(Les résultats détaillés de l'enquête de la CPME sont consultables en ligne.)

Derniers articles

23 septembre 2019

Le 11 septembre 2001 révélateur de l’importance du BFR

À première vue le lien entre cette attaque terroriste notoire et ce principe de gestion n’est pas évident. Et pourtant en mettant en lumière le cas de Promovacances, qui était une des licornes des années 2000, tout paraît très clair.

Lire la suite »

20 juin 2019

Les enjeux de la gestion des pouvoirs bancaires

Le sujet est de plus en plus fréquemment mis sur la table des directeurs financiers que les consultants de BDO VIA FINANCE rencontrent dans le cadre de leurs activités. Elle implique de confier les droits à certaines personnes au sein de l’entreprise pour effectuer des opérations sur les comptes

Lire la suite »

29 mai 2019

Risques d’impayés : toutes les entreprises n’y pensent pas

Nous avons, chez BDO VIA FINANCE, l’habitude de penser que le risque clients est une des menaces les plus sérieuses pour la vie même des entreprises, en attaquant leur BFR. D’où nos recommandations en matière de prévention et couverture du risque. Les dernières nouvelles sur le sujet des risques

Lire la suite »