11 février 2019

Les changements de système de gestion ne sont pas si fréquents que cela...

Régulièrement parmi nos clients, l’un d’eux mandate à grands frais un cabinet de renom afin de procéder à état des lieux de ses systèmes d’information afin de savoir s’il doit conserver ou non les applicatifs utilisés en interne. Au vu de notre expérience, nous pouvons affirmer que rares sont les transformations annoncées pour les raisons suivantes.

La colère est mauvaise conseillère

Les quelques utilisateurs mécontents du logiciel financier qu’ils utilisaient, et que j’ai croisés dans ma vie professionnelle, ne sont jamais allés jusqu’à le remplacer. Une fois la colère passée, exprimée à l’occasion d’une forte frustration (non-transferts des virements de paie le jour dit par exemple), la raison met en lumière toute la difficulté d’un changement de système. Il est en effet aussi difficile de passer d’un système à un autre que de faire changer de direction à un tanker sur la mer.

Le « Lock-in effect » ou phénomène de verrouillage

Les outils de gestion embarquant une forte technologie nécessitent un temps de formation et d’adaptation si long que la remise à plat va se heurter à la résistance des utilisateurs rassurés par leur connaissance du système. Formulé autrement, le ticket d’entrée dans un autre univers fonctionnel est si élevé qu’il en devient dissuasif. Cela n’est pas spécifique au monde du logiciel mais à la technologie en général : à l’époque de la machine à écrire, le même phénomène était constaté chez les secrétaires.

Ce n’est donc pas par hasard que certains éditeurs de Gestion de Trésorerie ou Comptabilité proposent gracieusement leurs outils aux écoles de gestion. Les futurs clients utilisateurs sont formatés, conditionnés par leur pratique à l’achat de l’applicatif. Autre conséquence notable dans le monde de l’édition des logiciels : la prise de marché par un éditeur dans un secteur donné (SAP pour l’ERP en France par exemple) est quasiment définitive. Mieux vaut maîtriser du logiciel de gestion leader dans son domaine si vous souhaitez être embauché dans une autre société.

Des coûts financiers dissuasifs

Prix de l’abonnement à l’applicatif dans le Cloud, les formations, la conduite du changement, les délais et budgets non tenus (nous avons tous au moins une expérience douloureuse en la matière) sont les sources bien connues d’une inflation financière. En outre, plusieurs années peuvent s’écouler entre la prise de décision et le lancement du projet.

Il faut donc de très bonnes raisons, un budget certain et une détermination sans faille pour décider la mise en place de nouveaux outils de gestion en entreprise. Cela se fait en général non seulement après le constat partagé par tous les services d’un système utilisé depuis 30 ans (vu dans un célèbre groupe du CAC 40) mais aussi à la faveur d’un changement de direction. Un nouveau DG, qui arrive avec le nouveau directeur financier, par exemple, est un cas classique pour justifier des renouvellements de pratiques dans les services de gestion.

Ainsi l’on croise de temps en temps dans les entreprises de très vieux systèmes sur AS/400 qui font de la résistance et la fortune d’une poignée de SSII.

Derniers articles

23 septembre 2019

Le 11 septembre 2001 révélateur de l’importance du BFR

À première vue le lien entre cette attaque terroriste notoire et ce principe de gestion n’est pas évident. Et pourtant en mettant en lumière le cas de Promovacances, qui était une des licornes des années 2000, tout paraît très clair.

Lire la suite »

20 juin 2019

Les enjeux de la gestion des pouvoirs bancaires

Le sujet est de plus en plus fréquemment mis sur la table des directeurs financiers que les consultants de BDO VIA FINANCE rencontrent dans le cadre de leurs activités. Elle implique de confier les droits à certaines personnes au sein de l’entreprise pour effectuer des opérations sur les comptes

Lire la suite »

29 mai 2019

Risques d’impayés : toutes les entreprises n’y pensent pas

Nous avons, chez BDO VIA FINANCE, l’habitude de penser que le risque clients est une des menaces les plus sérieuses pour la vie même des entreprises, en attaquant leur BFR. D’où nos recommandations en matière de prévention et couverture du risque. Les dernières nouvelles sur le sujet des risques

Lire la suite »