20 novembre 2018

Pourquoi les groupes ne mettent-ils pas plus souvent en place le Cash Pooling ?

Lorsque l’on échange avec certains directeurs financiers, l’on est surpris de constater que ce système n’est pas aussi répandu que pourraient le laisser supposer ses avantages affichés.

De fait, ils sont pourtant significatifs :

  • Réduction des frais financiers induits par la multiplicité des comptes bancaires des différentes filiales frais de tenue de comptes, commissions bancaires… ;
  • Mise en position de force lors de négociations avec les banquiers (cela suppose cependant du volume) ;
  • Optimisation du Cash en lissant les comptes internes au groupe ;
  • Meilleure visibilité sur l’argent disponible qui est plus aisément mobilisable (visualiser en temps réel les besoins et excédents de trésorerie des filiales) ;
  • Gestion mono ou multidevises dans un compte unique.

Ce n’est pas spécifique à la taille du groupe mais à la multiplicité des comptes bancaires. En effet, il n’est pas nécessaire d’être une grande structure pour mettre en œuvre un compte pivot et optimiser son cash en mettant en place des règles de fonctionnement des comptes bancaires (ZBA, TBA, FBA).

Laissons de côté le cas de figure du cash trap ou la législation locale de la filiale peur faire obstacle aux transferts de fonds et justifier la non mise en place du procédé, et voyons les motivations possibles des personnes hostiles. Pour certains cette méthode de gestion peut se heurter à la culture de filiales jalouses de leur autonomie en matière financière et la perte de pouvoir que cela induit.

Pour d’autres, les réticences à la mise en place d’un Cash Pooling sont à chercher dans la crainte que l’intérêt du groupe l’emporte sur celui des sociétés membres. En effet, à tout moment l’actionnaire majoritaire peut prendre des décisions en son unique faveur. Le vécu de quelques sociétés renvoi un sentiment de complexité dans la mise en place (lors du recours aux comptes reflets par exemple) qui gomme les avantages attendus mentionnés ci-dessus.

Ainsi, tout cabinet de conseil ou éditeur de logiciel de gestion, impliqué dans la mise en place d’un Cash Pooling doit bien identifier les motivations de la société cliente, ainsi que les différents freins possibles au changement au sein de l’organisation. Un vrai travail de pédagogie est nécessaire au sein des filiales.

Derniers articles

17 avril 2019

La trésorerie toujours la préoccupation n° 1 des chefs d’entreprise

Lors d’un webinar organisé par un prestataire de services dédiés au PME, il était rappelé que le souci premier des patrons est la trésorerie (pour 43 %), loin devant celui plus commercial de « trouver de nouveaux clients » (28 %). Il ne faut cependant pas se méprendre sur le terme générique de

Lire la suite »

28 mars 2019

Cybersécurité et PME : encore un long chemin à faire

Chez BDO VIA FINANCE, nous avons eu l’occasion dans le passé d’évoquer ce sujet au combien sensible que celui de la fraude en entreprise. Afin de mieux répondre aux attentes de nos clients nous avons récemment mis à notre catalogue un applicatif dédié à la lutte contre la fraude au sein des services

Lire la suite »

14 mars 2019

Lutte contre la fraude aux paiements : combinez logiciels et process

Les années se suivent et les études le confirment, la fraude en entreprise ne cesse de croître telle une hydre à plusieurs têtes, le danger surgit là où on ne l’attend pas. L’unanimité s’est faite parmi les éditeurs et intégrateurs de logiciels financiers pour affirmer que des applicatifs dédiés à

Lire la suite »