20 novembre 2018

Pourquoi les groupes ne mettent-ils pas plus souvent en place le Cash Pooling ?

Lorsque l’on échange avec certains directeurs financiers, l’on est surpris de constater que ce système n’est pas aussi répandu que pourraient le laisser supposer ses avantages affichés.

De fait, ils sont pourtant significatifs :

  • Réduction des frais financiers induits par la multiplicité des comptes bancaires des différentes filiales frais de tenue de comptes, commissions bancaires… ;
  • Mise en position de force lors de négociations avec les banquiers (cela suppose cependant du volume) ;
  • Optimisation du Cash en lissant les comptes internes au groupe ;
  • Meilleure visibilité sur l’argent disponible qui est plus aisément mobilisable (visualiser en temps réel les besoins et excédents de trésorerie des filiales) ;
  • Gestion mono ou multidevises dans un compte unique.

Ce n’est pas spécifique à la taille du groupe mais à la multiplicité des comptes bancaires. En effet, il n’est pas nécessaire d’être une grande structure pour mettre en œuvre un compte pivot et optimiser son cash en mettant en place des règles de fonctionnement des comptes bancaires (ZBA, TBA, FBA).

Laissons de côté le cas de figure du cash trap ou la législation locale de la filiale peur faire obstacle aux transferts de fonds et justifier la non mise en place du procédé, et voyons les motivations possibles des personnes hostiles. Pour certains cette méthode de gestion peut se heurter à la culture de filiales jalouses de leur autonomie en matière financière et la perte de pouvoir que cela induit.

Pour d’autres, les réticences à la mise en place d’un Cash Pooling sont à chercher dans la crainte que l’intérêt du groupe l’emporte sur celui des sociétés membres. En effet, à tout moment l’actionnaire majoritaire peut prendre des décisions en son unique faveur. Le vécu de quelques sociétés renvoi un sentiment de complexité dans la mise en place (lors du recours aux comptes reflets par exemple) qui gomme les avantages attendus mentionnés ci-dessus.

Ainsi, tout cabinet de conseil ou éditeur de logiciel de gestion, impliqué dans la mise en place d’un Cash Pooling doit bien identifier les motivations de la société cliente, ainsi que les différents freins possibles au changement au sein de l’organisation. Un vrai travail de pédagogie est nécessaire au sein des filiales.

Derniers articles

10 décembre 2018

À quoi peut ressembler une mission d’optimisation du BFR ?

Une mission d’amélioration du BFR au sein d’une entreprise passe bien sûr par différents types d’analyses pour nous limiter à l’aspect quantitatif des choses. Analyses quantitatives à partir des données comptables et transactionnelles (factures). Analyses sur site pour des entretiens avec les

Lire la suite »

20 novembre 2018

Pourquoi les groupes ne mettent-ils pas plus souvent en place le Cash Pooling ?

Lorsque l’on échange avec certains directeurs financiers, l’on est surpris de constater que ce système n’est pas aussi répandu que pourraient le laisser supposer ses avantages affichés.

Lire la suite »

29 octobre 2018

Gestion des pouvoirs bancaires, le casse-tête des directions financières

L’autre caillou dans la chaussure du directeur financier Il n’est pas nécessaire d’être un grand groupe pour avoir à gérer plusieurs dizaines d’entités et les comptes bancaires associés. La question se pose donc rapidement pour les ETI en forte croissance nationale et/ou internationale.

Lire la suite »