25 juin 2018

Fraude interne et charité chrétienne

Lors d’un Webinar BDO VIA FINANCE consacré à la « Sécurisation des Paiements, prérequis de la lutte contre la fraude », nous avons pris délibérément le parti d’évacuer le sujet de la fraude en interne dans les entreprises.

Cela représente cependant 30 % des fraudes commises en 2017 au sein des sociétés. Je souhaiterais revenir ici sur le sujet.

Management « chrétien »

Dans son roman « L’homme de Kiev »[1] , Bernard Malamud narre l’échange suivant entre le patron russe d’une entreprise familiale de briqueterie et le personnage principal Yakov Bock :

- Je sais parfaitement que le contremaître détourne régulièrement une certaine quantité de nos produits et c’est pour cela que je veux vous embaucher.
- Pourquoi ne le flanquez-vous pas dehors ?
- Plus facile à dire qu’à faire… Si je le renvoyais je n’aurais plus qu’à fermer boutique. C’est un excellent ouvrier… Ce que je voudrais en tant que Chrétien, c’est l’empêcher de voler. Ne pensez-vous pas que ce soit là, la solution la plus sage et en même temps la plus charitable… Vous serez en charge de contrôler les comptes et votre simple présence sera dissuasive.

Combien d’entreprises peuvent se permettent d’avoir une telle attitude de nos jours ? Selon une enquête réalisée par un célèbre cabinet d’audit en 2017, 76 % des fraudeurs sont des hommes, ayant une bonne éducation et un niveau élevé dans la hiérarchie.

La dissuasion oui, le pardon non… Sauf pour une minorité peut-être

J’ai essayé de transposer cette situation managériale romancée dans les départements financiers des entreprises victimes de fraude de la part de leurs salariés à notre époque.

Impossible pour les raisons suivantes :

  • Le lien de confiance rompu en cas de fraude avéré ne peut être renoué au nom d’une bienveillance chrétienne. Il n’y a pas de seconde chance en la matière.
  • Il est plus aisé de remplacer que de réparer (en ligne avec la tendance actuelle de l’obsolescence programmée). Pourquoi prendre la peine d’un effort pédagogique alors qu’il est si facile de remplacer ?
  • À l’exception de quelques patrons paternalistes d’obédience catholique que j’ai eu l’occasion de croiser dans ma vie professionnelle, la charité chrétienne n’a que peu de place dans le management des entreprises.

Analyse personnelle confirmée par l’étude PwC de 2016, en France, qui révèle que 86 % des fraudeurs ont été licenciés. L’on peut se demander ce que deviennent les 14 % non sanctionnés.

La mesure préventive de lutte contre la fraude passe par les procédures, la séparation des tâches et quelques contrôles aléatoires.

Certainement la meilleure façon de conserver de bons salariés en ne les laissant pas entrer dans la tentation sans les délivrer du mal.

Note

[1] « L’homme de Kiev » Bernard Malamud (1966) – Éditions Rivage Poche. Roman transposé au cinéma dans le film du même titre, par John Frankenheimer (1969)

Derniers articles

18 septembre 2018

Les salons professionnels sont-ils bien utiles aux directeurs financiers ?

Avec l’automne revient le temps des salons professionnels et autres réunions à destination des Directeurs Financiers et personnes concernées par la finance d’entreprise. En ces temps d’Internet et de réseaux sociaux l’on peut légitimement se poser la question de l’utilité de ces déplacements en des

Lire la suite »

10 septembre 2018

Le Directeur Financier pense-t-il comme un marteau ?

Les Directeurs Financiers sont des hommes de conviction. Leurs responsabilités professionnelles, la tension nerveuse inhérente à leurs missions quotidiennes, ne laissent que peu de place au doute et aux états d’âme, et c’est mieux ainsi.

Lire la suite »

3 septembre 2018

Honte à vous, mauvais payeurs !

La honte comme moyen de lutte contre les retards de paiement de ses fournisseurs peut-elle être efficace en France ?

Lire la suite »