15 mai 2018

Quelle reconversion pour le Directeur Financier ?

Lors d’un salon consacré à la Finance en entreprise, j’ai pu échanger avec un Directeur Financier d’un grand groupe sur son avenir professionnel.

Quinquagénaire à l’esprit vif, ce dernier évoqua sa réflexion en cours pour une prochaine reconversion. Il m’exposa les motivations résumées ci-après, qui fondaient sa démarche.

Le Directeur Financier est devenu une commodité jetable

Les carrières se révèlent de plus en plus courtes au sein de la même entreprise. Rares sont ceux qui dépassent les cinq ans au même poste au service de la même direction. Il rejoint, diront certains, la norme valable pour d’autres fonctions.

L’explication réside dans le raccourcissement du temps de vie des actions en entreprises : fusions/acquisitions, informatisation des services financiers, nouvelle orientation de la stratégie de la société, tous les sujets impliquant le Directeur Financier se pensent à l’échéance de deux ou trois ans. Nouvelles normes, nouvelles contraintes, nouvelle direction générale, accroissement des responsabilités, la pression ne cesse de croître sur les personnels gérant la finance d’entreprise.

Conservatisme des employeurs aidant, il est parfois difficile de sortir de son secteur d’activité. Une fois fait le tour des principaux acteurs de votre vertical, difficile d’évoluer vers un autre domaine.

D’où l’usure ressentie par certains qui souhaitent quitter le salariat.

Qui se reconvertit en Consultant Indépendant (une variante parmi d’autres)

Choisi ou subi, le nouveau statut est pour les uns l’occasion de reprendre le contrôle de son bien-être au travail. Encore faut-il ne pas sous-estimer la difficulté d’assurer le niveau de revenu (net) attendu. Il faut pour cela avoir préparé sa reconversion, envisagée seule ou au sien d’une société de portage. L’entregent, la capacité à assurer des fonctions commerciales et marketing ne sont pas donnés à tout le monde. Il faut cependant savoir se vendre pour trouver de nouvelles missions. L’appétence pour l’indépendance professionnelle ne se décrète pas. La solitude induite par le nouveau statut ne sied point à tous les profils.

Il faut également avoir à l’esprit que l’on passe d’une dépendance vis-à-vis de sa hiérarchie à celle du client. Cela est-il gagnant à tous les coups ? Les contraintes changent de nature mais le niveau de stress peut demeurer le même.

La reconversion ne s’improvise donc pas. Très tôt il faut savoir développer, enrichir, son réseau professionnel à travers les rencontres organisées par les organisations professionnelles (dont vous êtes membre bien sûr). Le lobbying ne doit pas être un gros mot pour vous, car mieux vaut partir avec un noyau dur de clients potentiels que de zéro.

Derniers articles

29 octobre 2018

Gestion des pouvoirs bancaires, le casse-tête des directions financières

L’autre caillou dans la chaussure du directeur financier Il n’est pas nécessaire d’être un grand groupe pour avoir à gérer plusieurs dizaines d’entités et les comptes bancaires associés. La question se pose donc rapidement pour les ETI en forte croissance nationale et/ou internationale.

Lire la suite »

2 octobre 2018

Le métier de trésorier n’est pas ce que vous croyiez

Contrairement à ce que l’on pense, le rôle du trésorier ne se limite pas à la simple collecte quotidienne des informations bancaires, à une activité de compilation d’informations venues de la banque, afin d’émettre - au final - des chèques et des virements.

Lire la suite »

24 septembre 2018

Les patrons de PME sont-ils prêts pour le Big Data ?

Dans les nouveautés de la rentrée, le groupe BDO vient de prendre la majorité du capital du BIPE. Une bonne nouvelle qui pose cependant la question de la maturité des patrons d’entreprise pour l’analyse de leurs données comme aide à la prise de décision.

Lire la suite »