2 mai 2018

La montée en puissance du directeur financier

Au cours de toutes ces années, j'ai été témoin de la montée en puissance du directeur financier au sein des entreprises. De mon point de vue, il y a quelques explications simples à cette évolution.

La maturité des marchés

Si l’entreprise a survécu aux aléas des premières années, que la base clientèle est sécurisée, l’importance de la direction commerciale est moindre. Vient le temps des gestionnaires qui sont là pour optimiser l’existant et participer aux croissances externes, au mouvement de fusions/acquisitions qui survient inévitablement avec la maturité des marchés. Une prise de pouvoir faite au détriment de la fonction commerciale/marketing qui prime dans la phase initiale de conquête des marchés.

Le contexte démographique

Celui du vieillissement de la population (16 millions de retraités en France[1]) qui pousse à l’accroissement de la profitabilité des activités par les actionnaires/fonds de pension, pour participer au financement des retraites. De là, la nécessité de trouver des gisements de productivité par l’informatisation d’un nombre croissant de tâches au sein des services, financiers en particulier.

D’où l’implication dans la mise en place d’outils de gestion informatisés

Recherche des gains de productivité impliqués dans l’implémentation des systèmes informatiques, à la fois initiateur des projets, garants de leur bonne conduite et gardiens du respect des budgets. Ces trois rôles n’étant jamais tenus simultanément de façon satisfaisante par ailleurs. Faire mieux avec moins, moins d’hommes, moins de moyens pour toujours plus de rentabilité.

D’où une vision financiarisée du management

C’est le temps des technocrates (voyez les recrutements des dirigeants au sein de clubs de football par exemple avec l’accroissement de la manne des droits télévisuels). Pas un investissement, pas un coût qui n’est pas (légitimement) son analyse de ROI. Transposée dans le domaine du management la tendance se traduit par la formule « ne pouvant pas traduire en chiffres votre problème et ne pouvant donc pas le saisir dans mon tableur Excel sous forme numérique, il n’existe pas ». Le travail a été mis au service du résultat financier, en attendant la robotisation de l’essentiel de nos tâches.

Qui rattrape également les Start-up

Certains pourraient contrebalancer cette vision en pointant la mode des start-up initiée par les évolutions technologiques d’Internet. Mais là encore, passé la phase de conquête de marchés qui se doit d’être fulgurante (The winner takes everything), les taxis Uber rentrent dans le rang : les acteurs traditionnels type G7 s’adaptent en mettant en place leur propre plate-forme qui fédère des taxis traditionnels, quand les taxis Uber augment leurs tarifs et subissent une législation plus contraignante.

Voilà pourquoi, vu à travers ma lorgnette d’opérationnel sur le terrain, le Directeur Financier est plus que jamais, mon interlocuteur privilégié dans mon activité professionnelle.


Derniers articles

18 septembre 2018

Les salons professionnels sont-ils bien utiles aux directeurs financiers ?

Avec l’automne revient le temps des salons professionnels et autres réunions à destination des Directeurs Financiers et personnes concernées par la finance d’entreprise. En ces temps d’Internet et de réseaux sociaux l’on peut légitimement se poser la question de l’utilité de ces déplacements en des

Lire la suite »

10 septembre 2018

Le Directeur Financier pense-t-il comme un marteau ?

Les Directeurs Financiers sont des hommes de conviction. Leurs responsabilités professionnelles, la tension nerveuse inhérente à leurs missions quotidiennes, ne laissent que peu de place au doute et aux états d’âme, et c’est mieux ainsi.

Lire la suite »

3 septembre 2018

Honte à vous, mauvais payeurs !

La honte comme moyen de lutte contre les retards de paiement de ses fournisseurs peut-elle être efficace en France ?

Lire la suite »