19 mars 2018

Vais-je me prendre le Mur de Trésorerie ?

Je vous fais part de quelques échos de la conférence qui s’est tenue le mardi 13 mars 2018 à l’Université de Dauphine sur le thème de L’enjeu de la valorisation des actifs dans les opérations de cession et de retournement dans le cadre des House of Finance Days 2018. L'occasion d’évoquer entre autres choses les enjeux financiers autour de la reprise d’entreprise et des opérations de restructuring.

L’argent c’est du temps

Une des premières questions à se poser est de savoir de combien de temps l’on dispose pour mener à bien le sauvetage de l’entreprise. La réponse à cette question réside dans le Cash disponible dans les caisses et le rythme auquel il va être consumé. D’où le terme de Mur de Trésorerie qui se rapproche au fil de cette consommation et sur lequel la société risque de se briser.

Quand une entreprise ne va pas bien, se pose le sujet du diagnostic et des remèdes possibles pour sauver la société. Faillite, reprise, redressement amiable, judiciaire, différents scénarios sont envisageables.

40 à 50 % de la valeur d’une entreprise reposent sur la valorisation des créances clients et des stocks

Afin d’éviter la spirale négative de la chute du Chiffre d’Affaires qui précipite la chute de l’entreprise, il est important d’identifier et de valoriser rapidement les postes du bas de bilan que sont les créances clients et les stocks.

Pour les créances clients plusieurs questions se posent : qui est le véritable détenteur de la créance ? Les clients sont-ils solvables ? Quelle est leur typologie (public privé) ? Tout le travail du financier consiste à traquer la non-valeur et à réduire le hiatus entre valeur faciale et valeur réelle. Ce travail contribue au succès de l’opération de cession ou de retournement de l’entreprise.

Du côté des stocks, s’ils existent, l’on regarde les typologies de biens : parle-t-on de biens fongibles, existe-t-il un marché de revente ? Quelle est la valeur liquidative du stock ? Pour information les crédits appuyés sur le stock, vérifié et audité par des professionnels de la chose, peuvent donner lieu à un prêt de 50 à 80 % de sa valeur comptable.

L’argent c’est du temps, votre capacité à rebondir dépendra de votre capacité à repousser le Mur de Trésorerie. D’où l’importance de faire intervenir dans la phase d’audit et de proposition de plan d’action un professionnel de la finance d’entreprise, l’expert en diagnostic de Trésorerie.



Ce billet est inspiré des interventions de messieurs :

Derniers articles

10 juillet 2018

Informatisation des directions financières : le Bon, l’Incompétent et le Truand

Il y a 20 ans de cela, le Directeur Financier d’une grande société spécialisée dans les photocopieurs, me lâcha cette affirmation à propos des intervenants en informatique qu’il pouvait rencontrer : « Dans l’informatique de Gestion il y a un tiers d’escrocs, un tiers d’incompétents et un tiers de

Lire la suite »

2 juillet 2018

DAF en PME : humain trop humain

On a coutume de dire qu’au sein des PME les relations humaines priment et l’implication des salariés dans leur travail est supérieure à ce que l’on peut trouver dans les grands comptes. Cela est vrai à la lumière de mes dernières rencontres, l’une d’entre elles est exemplaire.

Lire la suite »

25 juin 2018

Fraude interne et charité chrétienne

Lors d’un Webinar BDO VIA FINANCE consacré à la « Sécurisation des Paiements, prérequis de la lutte contre la fraude », nous avons pris délibérément le parti d’évacuer le sujet de la fraude en interne dans les entreprises. Cela représente cependant 30 % des fraudes commises en 2017 au sein des

Lire la suite »