12 mars 2018

Les stagiaires sont-ils les maillons faibles des projets informatiques de gestion ?

Lors d’un atelier organisé pour la journée du Sommet des Leaders de la Finance, jeudi 8 mars, sur le thème Mener les projets à terme par l’engagement, le sujet s’est porté sur les conditions du succès d’un projet et de l’accompagnement du changement au sein des Directions Financières.

Non, si le stage est considéré comme période d’essai

Condition impérative selon les invités interviewés : l’implication des personnes concernées par le changement. Malheureusement ces personnes, qui voient le projet comme un accroissement de travail à leurs tâches quotidiennes, ne se montrent pas aussi disponibles que nécessaire et comme convenu à la signature du contrat de prestations. Délais non tenus, tests non réalisés, recettages décalés, données impropres aux intégrations dans le système de gestion, la liste est longue sur les engagements pris par le client et non tenus en cours de réalisation les consultants et chefs de projet.

À ma remarque sur le danger de confier la réalisation du projet à des stagiaires, deux opinions se sont exprimées : celle de Véronique Bouscayrol, DAF chez Boiron, et Laurent Haynez, DG Corporate du Groupe Le Duff.

Dans le premier cas, le patron fondateur s’implique dans le recrutement des stagiaires et considère ces recrues comme les futurs salariés de la société. La période de stage est alors considérée comme la période d’essai. D’où la forte exigence exprimée à l’embauche du stagiaire et le faible taux de déperdition.

Du côté du Groupe Le Duff, l’on considère les stages comme faisant partie du devoir social imparti aux entreprises qui se doivent de contribuer à l’intégration des jeunes au monde du travail. Selon Monsieur Haynez, 15 % de leurs salariés ont été stagiaires au sein du groupe.

Non, si le candidat est talentueux

Ce n’est pas un souci non plus quand le candidat choisi est de qualité. Par les temps qui courent où les compétences sont rares et que la guerre des talents fait rage, aucune société ne peut se permettre de laisser passer la ressource qui a donné satisfaction au feu de la réalisation du projet.

Vu sous cet angle, recruter des stagiaires à l’occasion du déploiement de projet informatique de gestion n’est pas un souci, puisque l’expertise acquise à cette occasion ne sera pas perdue et le stage sera transformé en CDI.

Ces positions sont louables et viennent démentir le risque de perte d’expertise liée à la fin de la période de stage. Malheureusement, de mon expérience en la matière, et malgré les mises en garde explicite, nombre de clients n’ont pas ces pratiques et laissent partir les compétences acquises, compromettant ainsi l’appropriation du nouveau système d’information.

Derniers articles

10 juillet 2018

Informatisation des directions financières : le Bon, l’Incompétent et le Truand

Il y a 20 ans de cela, le Directeur Financier d’une grande société spécialisée dans les photocopieurs, me lâcha cette affirmation à propos des intervenants en informatique qu’il pouvait rencontrer : « Dans l’informatique de Gestion il y a un tiers d’escrocs, un tiers d’incompétents et un tiers de

Lire la suite »

2 juillet 2018

DAF en PME : humain trop humain

On a coutume de dire qu’au sein des PME les relations humaines priment et l’implication des salariés dans leur travail est supérieure à ce que l’on peut trouver dans les grands comptes. Cela est vrai à la lumière de mes dernières rencontres, l’une d’entre elles est exemplaire.

Lire la suite »

25 juin 2018

Fraude interne et charité chrétienne

Lors d’un Webinar BDO VIA FINANCE consacré à la « Sécurisation des Paiements, prérequis de la lutte contre la fraude », nous avons pris délibérément le parti d’évacuer le sujet de la fraude en interne dans les entreprises. Cela représente cependant 30 % des fraudes commises en 2017 au sein des

Lire la suite »