5 février 2018

Gestion de trésorerie et Start-up : les 5 crises à éviter

N’importe quel ouvrage sur les biais cognitifs* vous le dira, l’enthousiasme du créateur d’entreprise rend aveugle par excès d’optimisme. Quoi de plus normal que de croire en son projet et de vouloir convaincre les autres de son bien-fondé (les investisseurs en particulier) ? Du point de vue de la gestion du cash, la start-up va se trouver le plus souvent dans l’une des situations de crise suivantes et rarement dans la situation idéale.

La crise de croissance

Votre entreprise est en phase de croissance, la trésorerie se détériore car le FDR ne s’accroît pas aussi vite que le BFR, dopé par l’activité. On passe d’une trésorerie positive à une trésorerie négative. Il est urgent d’améliorer la rentabilité. Il faut envisager un apport en capital.

La crise par erreur financière

Suite à un investissement, financé sans concours extérieurs, le FDR accuse une brusque détérioration. La rentabilité de l’investissement est trop faible pour remonter la pente. On passe d’une trésorerie positive à une trésorerie négative. Un apport d’argent frais est impératif, car nul doute que votre banquier refusera de vous financer… Après coup.

La crise de rentabilité

Nous sommes dans la situation où les pertes s’accumulent et provoquent la chute du FDR. On passe rapidement d’une trésorerie positive à une trésorerie négative. Il devient urgent de trouver du cash disponible, et les causes de baisse de rentabilité doivent être recherchées pour revenir à une situation pérenne.

La crise d’activité

Tous les éléments évoluent de façon défavorable. Vous devez faire face à une mauvaise conjoncture. Si cette situation venait à durer, il conviendrait d’aborder la restructuration. Il faut trouver de nouveaux marchés et réorganiser les structures de production, de commercialisation et repenser l’organisation générale.

La crise de gestion

L’augmentation du BFR connaît un rythme supérieur à celui du CA. On passe rapidement d’une trésorerie positive à une trésorerie négative. Urgence : La gestion des stocks doit être améliorée, les délais de paiement accordés aux clients repensés. L’organisation et la qualité sont à revoir à la base.

La situation idéale

Le FDR augmente aussi régulièrement et aussi vite que le CA : la rentabilité est alors préservée. Le BFR, dopé par l’activité, croît également mais pas plus vite que le CA.


* Système 1 / Système 2 : les deux vitesses de la pensée de Daniel Kahneman, Flammarion
Why We Make Mistakes de Joseph T. Hallinan, Broadway Books

Derniers articles

18 septembre 2018

Les salons professionnels sont-ils bien utiles aux directeurs financiers ?

Avec l’automne revient le temps des salons professionnels et autres réunions à destination des Directeurs Financiers et personnes concernées par la finance d’entreprise. En ces temps d’Internet et de réseaux sociaux l’on peut légitimement se poser la question de l’utilité de ces déplacements en des

Lire la suite »

10 septembre 2018

Le Directeur Financier pense-t-il comme un marteau ?

Les Directeurs Financiers sont des hommes de conviction. Leurs responsabilités professionnelles, la tension nerveuse inhérente à leurs missions quotidiennes, ne laissent que peu de place au doute et aux états d’âme, et c’est mieux ainsi.

Lire la suite »

3 septembre 2018

Honte à vous, mauvais payeurs !

La honte comme moyen de lutte contre les retards de paiement de ses fournisseurs peut-elle être efficace en France ?

Lire la suite »