journees-afte-2017-affiche.jpg

20 novembre 2017

Ubérisation de la fonction financière : les cols blancs mis au chômage ?

journees-afte-2017-affiche.jpgMardi 14 novembre dernier, Palais Brongniart, j’étais présent à la première des journées 2017 de l’AFTE. J’ai ainsi assisté à l’atelier « Vers une Ubérisation de la fonction de Trésorerie ? », animé par Francine Royer-Cailleaux (Directrice Financement et Trésorerie Areva SA), Davier Laugier (Managing Director Redbridge DTA), Alexis Wattinne (Directeur Trésorerie Groupe Agrial), Emmanuel Singer (Responsable Consolidation, Trésorerie et Financements Groupe Apave) et Gérard Broddes (Président et Consultant Direction Financière – BDO Via Finance).

La question sous-jacente est de savoir jusqu’où l’on peut aller dans l’externalisation, la robotisation, et le recours à l’intelligence artificielle dans les activités financières au sein des entreprises, avec en toile de fond la crainte de voir disparaître certains métiers. Je vous livre ci-après quelques réflexions

La bonne nouvelle

Les fonctions financières sont touchées par l’industrialisation des services. La bonne nouvelle est que cette évolution, alimentée par les progrès de l’informatique et autres algorithmes, concerne, pour l’instant certaines tâches au sein du métier. Cela fait déjà bien longtemps que l’on peut automatiser la récupération de données (bancaires, comptables) et leur intégration dans des logiciels qui vous présentent à votre arrivée au bureau l’état de vos soldes, de vos comptes et des propositions d’équilibrage. À juste raison, le Trésorier d’un groupe de médias a fait remarquer qu’il intégrait cette évolution en recrutant des profils plus scientifiques, de type ingénieur, au sein de son équipe en charge de la Gestion de Trésorerie. L’avenir est au « data scientist », celui capable d’analyser des données et d’en sortir des prises de décision pertinentes pour la gestion de l’entreprise. Soit.

La mauvaise nouvelle

À l’instar de ce qu’on a vu pour les salles de marché, ce que l’on voit apparaître pour l’activité médicale, et ce qui est prédit pour les fonctions comptables, les RH, il est inévitable de voir les activités du service financier impactées par l’Intelligence artificielle. L’étape suivante est la capacité d’automatiser des décisions de financements/placements que commence à proposer un logiciel britannique, et d’une manière générale les décisions dites stratégiques.

Les révolutions technologiques avancent lentement mais sûrement pour se diffuser du jour au lendemain de façon spectaculaire. Ce qui fait qu’il est toujours difficile au début du processus, d’en envisager les applications concrètes. Certes des fonctions et métiers disparaissent pour en laisser émerger d’autres ; à une nuance près : le niveau d’expertise attendu est plus élevé, plus complexe.

Restons positifs

journees-afte-2017-public.jpg

Selon un sondage réalisé au sein de la population des Trésoriers et Directeurs Financiers présents lors de cet atelier (voir photo jointe), 40 % des votants y voit une opportunité, 52 % l’avenir, 0 % une menace, 8 % ne se prononçant pas.

En ce qui me concerne, n’ayant rien vu venir jusqu’à présent (chute de mur de Berlin, Internet, les crises financières et économiques de ces dernières années, les élections de Donald Trump et d’Emmanuel Macron…), je serais bien en peine de vous dire comment va évoluer la fonction financière.

Une seule chose est sûre : rien ne se passe jamais comme prévu.

Derniers articles

29 octobre 2018

Gestion des pouvoirs bancaires, le casse-tête des directions financières

L’autre caillou dans la chaussure du directeur financier Il n’est pas nécessaire d’être un grand groupe pour avoir à gérer plusieurs dizaines d’entités et les comptes bancaires associés. La question se pose donc rapidement pour les ETI en forte croissance nationale et/ou internationale.

Lire la suite »

2 octobre 2018

Le métier de trésorier n’est pas ce que vous croyiez

Contrairement à ce que l’on pense, le rôle du trésorier ne se limite pas à la simple collecte quotidienne des informations bancaires, à une activité de compilation d’informations venues de la banque, afin d’émettre - au final - des chèques et des virements.

Lire la suite »

24 septembre 2018

Les patrons de PME sont-ils prêts pour le Big Data ?

Dans les nouveautés de la rentrée, le groupe BDO vient de prendre la majorité du capital du BIPE. Une bonne nouvelle qui pose cependant la question de la maturité des patrons d’entreprise pour l’analyse de leurs données comme aide à la prise de décision.

Lire la suite »