gestion-tresorerie-pme-besoins-international.jpg

23 octobre 2017

Gestion de trésorerie : lorsque la PME a les besoins d’une multinationale

gestion-tresorerie-pme-besoins-international.jpgIl est fréquent que nous rencontrions des sociétés petites par la taille, ou un groupement de PME, qui par leur activité internationale présentent une réelle complexité en matière de Gestion de Trésorerie. Et cela pour les raisons suivantes.

Les besoins d’une société à l’international

Pour peu que les marchés de cette dernière se trouvent dans des pays qualifiés « d’exotiques » (Chine, Turquie…) la gestion du risque de change, la conversion en valeur des monnaies locales complexifient immédiatement la récupération des soldes bancaires et leur intégration dans les logiciels de gestion de trésorerie. J’ai à l’esprit l’exemple de cette société qui devait mettre en place un Cash Pooling, le traitement STP des virements domestiques et autres flux avec l’ERP SAP, vers la plateforme de paiements/signatures.

Avec les contraintes d’une PME locale

Des effectifs réduits, des budgets limités, des compétences absentes ou trop légères en gestion de trésorerie, sont les caractéristiques classiques de la PME qui doit cependant, trouver les solutions pour faire face à ses contraintes. Elle est donc amenée à trouver la réponse informatique et humaine. Les ressources n’existant pas en interne il faut les trouver en externe. Nous avons l’exemple récent d’une société devenue cliente qui a d’abord mandaté un consultant senior pour le cadrage, l'assistance à maîtrise d'ouvrage, le conseil sur le cash pooling en vue de formaliser exhaustivement ses besoins et conduire un appel d'offre destiné à choisir une plateforme de trésorerie en mode SaaS adaptée. Ainsi accompagnée, elle a pu prendre sa décision dans les meilleures conditions possibles.

Qui a intérêt à travailler avec un intégrateur de logiciels

Force est de constater que les PME n’intéressent pas tous les éditeurs de logiciels de gestion qui ont tendance à privilégier les plus grands comptes réputés plus rémunérateurs et profitables. D’où la figure imposée de devoir passer par un intégrateur/revendeur pour l’acquisition et l’implémentation des applicatifs. Cela n’est pas sans quelques avantages : une plus grande réactivité et disponibilité du support hot-line, mais aussi la capacité de réaliser des développements informatiques autour des solutions standards. BDO Via Finance a ainsi procédé au développement d’une fonction de routage et d’éclatement des relevés de comptes bancaires pour un prospect utilisant le module "rapprochement bancaire" de l’ERP SAP. Cette adaptabilité existe chez les éditeurs de logiciels, mais uniquement pour leurs grands comptes et pour des enjeux financiers significatifs.

Il est des secteurs, comme le luxe par exemple, où toute PME doit se penser pour l’international. Pour d’autres, cette dimension apparaît au fil de leur développement. Quoi qu’il en soit, il faut alors que ces sociétés intègrent dans leurs projets informatiques le surcoût financier que cela implique et s’appuient sur les partenaires compétents capables de les accompagner.

Derniers articles

10 juillet 2018

Informatisation des directions financières : le Bon, l’Incompétent et le Truand

Il y a 20 ans de cela, le Directeur Financier d’une grande société spécialisée dans les photocopieurs, me lâcha cette affirmation à propos des intervenants en informatique qu’il pouvait rencontrer : « Dans l’informatique de Gestion il y a un tiers d’escrocs, un tiers d’incompétents et un tiers de

Lire la suite »

2 juillet 2018

DAF en PME : humain trop humain

On a coutume de dire qu’au sein des PME les relations humaines priment et l’implication des salariés dans leur travail est supérieure à ce que l’on peut trouver dans les grands comptes. Cela est vrai à la lumière de mes dernières rencontres, l’une d’entre elles est exemplaire.

Lire la suite »

25 juin 2018

Fraude interne et charité chrétienne

Lors d’un Webinar BDO VIA FINANCE consacré à la « Sécurisation des Paiements, prérequis de la lutte contre la fraude », nous avons pris délibérément le parti d’évacuer le sujet de la fraude en interne dans les entreprises. Cela représente cependant 30 % des fraudes commises en 2017 au sein des

Lire la suite »