recouvrement-creances.jpg

25 septembre 2017

Pourquoi le trésorier d’entreprise doit-il s’intéresser au recouvrement de créances ?

recouvrement-creances.jpgParce qu’il impacte le BFR de la société. Selon la formule, « le sang de l’entreprise est dans le portefeuille de ses clients ». L’argent qui n’est pas récupéré dans les délais contractuels implique le recours au financement ou des placements qui ne se font pas. À travers ses missions d’optimisation du BFR, BDO Via Finance a pu constater que les enjeux financiers autour de cette activité sont souvent sous-estimés. De plus, sa mise en place n’est pas simple, pour les raisons suivantes

Une fonction qui varie selon les entreprises

Selon les sociétés la mission de recouvrement des créances va être confiée à l’un des départements suivants :

  • La comptabilité : il s’agit de se faire régler les factures émises auprès des clients, quelqu’un au service comptable va se charger des relances, souvent mal, car il y a une dimension commerciale (appel téléphonique, argumentation, pression) dont les comptables sont rarement pourvus.
  • Le service juridique : « cher client, réglez ce que vous nous devez ou il vous en cuira. »
  • Le Credit Management : spécialisé dans l’analyse des risques clients, et dont la fonction apparaît dans les sociétés d’une certaine taille, justifiant un volume de créances auprès de ses clients. Il chapeaute la ou les personnes en charge du recouvrement.

En fait, il a autant de façons de recouvrer les créances qu’il a d’entreprises, car il n’y a pas de standardisation de la fonction comme elle peut exister chez les Trésoriers, Directeurs Financiers et Comptables.

Et touche tous les services de la société

Le délai de règlement de vos clients est le premier baromètre de la qualité de vos services ou production. Exprimé par le DSO (ou encore NJC ou DMP). Ce dernier représente le chiffre d’affaires facturé non encore encaissé, exprimé en nombre de jours de chiffre d’affaires. Le DSO est une composante du BFR.

Ainsi, dès que vous souhaitez améliorer votre DSO, vous allez devoir impliquer :

  • Le service commercial pour évoquer la politique de rémunération variable appropriée afin d’inciter vos commerciaux à faire des « ventes propres » en adéquation avec les conditions contractuelles signées. L’objectif est de réduire une des sources d’insatisfaction des clients.
  • Le service informatique pour la récupération des informations comptables (Balance âgée) extraites du logiciel de comptabilité et la mise en place d’un outil informatique dédié à la relance client.
  • La production pour mettre en place une politique qualité avec, là encore, l’objectif de réduire une source d’insatisfaction client.
  • La Direction Générale qui doit porter le projet afin que tous les départements concernés soient alignés dans cet objectif commun qui est d’accélérer le règlement des factures.

La mise en place d’une réelle politique de recouvrement des créances avec une relance clients informatisée est la bonne idée qui séduit tout le monde en théorie mais ne trouve pas d’unanimité pour la mettre en place. Le Trésorier d’entreprise est en première ligne sur ce genre de sujet.

Derniers articles

29 octobre 2018

Gestion des pouvoirs bancaires, le casse-tête des directions financières

L’autre caillou dans la chaussure du directeur financier Il n’est pas nécessaire d’être un grand groupe pour avoir à gérer plusieurs dizaines d’entités et les comptes bancaires associés. La question se pose donc rapidement pour les ETI en forte croissance nationale et/ou internationale.

Lire la suite »

2 octobre 2018

Le métier de trésorier n’est pas ce que vous croyiez

Contrairement à ce que l’on pense, le rôle du trésorier ne se limite pas à la simple collecte quotidienne des informations bancaires, à une activité de compilation d’informations venues de la banque, afin d’émettre - au final - des chèques et des virements.

Lire la suite »

24 septembre 2018

Les patrons de PME sont-ils prêts pour le Big Data ?

Dans les nouveautés de la rentrée, le groupe BDO vient de prendre la majorité du capital du BIPE. Une bonne nouvelle qui pose cependant la question de la maturité des patrons d’entreprise pour l’analyse de leurs données comme aide à la prise de décision.

Lire la suite »